From multi-brand outlets across United States Of America, UK, UAE and Canada, to worldwide shops by developers like Sabyasachi and Manish Malhotra, our edit features the places you are able to shop your bridal lehenga or sari from if you’re based away from India

In retrospect, A indian bride residing overseas in years past should have made a minumum of one trip, or even more, to Asia in order to make one the most important sartorial acquisitions of her life: her wedding ensemble. But with the increasing rise in popularity of grand Indian weddings being held offshore, major metropolitan areas where Indians have settled for a long time currently have their very own multi-designer boutiques to really make the task less tiresome. From old-fashioned to modern wedding wear—including lehengas, kurtas, and saris to jewelry and everything in-between—the new crop of single- and multi-brand outlets across major metropolitan urban centers throughout the world are providing wedding alternatives for the Indian diaspora based near their retail places.

We are placing the limelight for a city-wise segregated directory of designer shops that represent functions by probably the most influential Indian fashion developers. Scroll ahead for the hotspots.

United states

The Mall At Oak Tree, Nj-new Jersey

The brainchild of Chirag Batra, The Mall At Oak Tree had been introduced to offer patrons of Indian fashion with leading fashion and jewelry labels under one roof. The room provides an extensive mixture of bridal, trousseau and pret collections by noteworthy Indian developers like Ritu Kumar, Tarun Tahiliani, Falguni Shane Peacock, Payal Singhal, Gaurang Shah and many other things at their brand new Jersey-based boutique. Themallatoaktree.com

Anita Dongre, Nyc

In May 2018, leading designer Anita Dongre, most widely known on her behalf signature gota patti focus on conventional use, expanded her worldwide impact aided by the opening of a colossal flagship store in the centre of the latest York. The area is not only house into the bridal couture, menswear and pret lines, but additionally has a separate part due to their sustainable luxury brand name Anita Dongre Grassroot, fine jewelry from her Pinkcity label and ready-to-wear offerings. Brides, grooms and their loved ones also can enjoy the luxury of this label’s bespoke solutions only at that three-storied boutique.

The Grand Trunk, Ca

Perched in Pleasanton, this multi-brand shop had been established in 2005 by Komal Sodhi Anand—the title credited for creating and choreographing Sabyasachi Mukherjee’s first show at Miami Fashion Week 2004. Today, the boutique hosts an array that is wide of and saris by Sabyasachi, Anamika Khanna, Anushree Reddy, Payal Singhal, Astha Narang, Varun Bahl and Anita Dongre along side wedding fashion for grooms. Thegrandtrunk.com

Pia Ka Ghar, California

Another Californian boutique retailing wedding use by top Indian fashion designers, the eponymous Pia Ka Ghar had been conceived by Pia Ganguly in 2010—making it one of many earliest of the sort. Ganguly began her enterprise to enable females involved with kantha, the Bengali art of stitch painting. Today, the shop houses wedding lehengas, saris, sherwanis, jewelry and much more by developers like Sabyasachi Mukherjee, Rahul Mishra and Ritu Kumar, and others. Piakaghar.com

The Bollywood Closet, Atlanta

Established by Kolkata-born, Atlanta-based Barkha Jayaswal in 2012, The Bollywood Closet facilitates the Sabyasachi bridal experience for a few consumers since the official store for the couturier across United States Of America and Canada. The studio provides Sabyasachi’s lehengas that is latest, saris, jewelry and menswear along side holistic solutions for every single client—including fixtures, styling, individual shopping, etc. Thebollywoodclosetusa.com

Studio East6, Chicago

Created in 2013, sexy puerto-rico women Studio East6 is a studio that is multi-brand appropriate when you look at the heart of Chicago. It gives a well-edited choice of couture pieces by sought-after developers like Payal Singhal, Ridhi Mehra, Preeti S Kapoor and Madsam Tinzin. Studioeast6.com

Home Of Raina, Vancouver

A designer that is multi-brand in Vancouver, home Of Raina launched its doorways to general general public in February 2018. Mother-daughter duo Rita and Raman Johal noticed a dearth of Indian conventional wear that is bridal their town, and chose to generate a variety of Indian developers for regional brides-to-be. The boutique provides saris and lehengas by famous developers like Shyamal & Bhumika, Payal Singhal, Rohit Varma and Tarun Tahiliani.

Live The Collective, Toronto

The store that is eponymous launched as being a passion project by two close friends because of their provided passion for sartorial design. The studio provides latest in Indian wedding fashion by developers like Payal Singhal, SVA by Sonam & Paras Modi and AM:PM, amongst others. Furthermore, the room now offers styling that is personalised. Livethecollective.ca

Uk

Aashni + Co, London

In a tenure that is short Aashni + Co has redefined Indian luxury retailing in London, establishing it self as the most desirable Indian designer shop for modern and bridal use in Notting Hill. Since its launch in 2012, the brand name has supplied the residents of great britain use of visionary South designers that are asian with offerings including haute couture, ready-to-wear, jewelry and accessories. Developers within their repertoire include Anamika Khanna, Anushree Reddy, Gaurav Gupta, Manish Malhotra, Sabyasachi, Payal Singhal, Rahul Mishra, Ridhi Mehra, Rimple and Harpreet Narula, Varun Bahl and a whole lot more. Aashniandco.com

Este Couture, London

Launched with a focus to help make couture wear that is bridal to Londoners, Este Couture has expanded to add ranges for every single wedding-related occasion today. The boutique compiles pieces by a few of the most acclaimed designers from India—Payal Singhal, Varun Bahl, Masaba, Gaurav Gupta as well as the likes—and provides personal appointments to ensure that their clients are aware of undivided attention in addition to quality that is highest of solution. Estecouture.com

Bibi London

This Essex-based store provides lehengas, anarkalis, saris, gowns and matches for Indian brides-to-be within their area. Dedicated collections by popular fashion developers like Anamika Khanna, Anushree Reddy, Jayanti Reddy, Payal Singhal, Sabyasachi, Shantanu & Nikhil and Tarun Tahiliani are typical stocked under one roof right here. Bibilondoncouture.com

United Arab Emirates

Rivaage, Dubai and Abu Dhabi

Sprawling across two tales, Rivaage’s shop in Dubai offers the best names in Indian fashion like Tarun Tahiliani, Vikram Phadnis, JJ Valaya and Satya Paul. The boutique retails sets from clothes to fusion and bridal jewelry, as well as has a socket in Abu Dhabi. Rivaage.com

Studio 8, Dubai

Created by business owner and fashion promoter Sarah Belhasa Rashid, this boutique that is multi-designer found within the Dubai Mall, features handpicked collections by both Asian and center Eastern designers—featuring Manish Malhotra from Asia, Priya Kataaria Puri from Kuwait and Hatem Alakeel from Saudi Arabia, amongst others.

Address: Studio 8, Degree 1, Dubai Mall, Dubai, United Arab Emirates.

222 thoughts on “From multi-brand outlets across United States Of America, UK, UAE and Canada, to worldwide shops by developers like Sabyasachi and Manish Malhotra, our edit features the places you are able to shop your bridal lehenga or sari from if you’re based away from India

  1. Hey very nice blog!! Guy .. Excellent .. Superb .. I will bookmark your site and take the feeds also…I am glad to find a lot of helpful info right here within the submit, we’d like work out extra techniques on this regard, thanks for sharing.

  2. Excellent blog here! Also your site loads up very fast! What host are you using? Can I get your affiliate link to your host? I wish my site loaded up as quickly as yours lol

  3. I think other web-site proprietors should take this web site as an model, very clean and wonderful user friendly style and design, as well as the content. You’re an expert in this topic!

  4. I do accept as true with all the ideas you have offered on your post. They are very convincing and will definitely work. Nonetheless, the posts are too brief for novices. May just you please extend them a bit from next time? Thanks for the post.

  5. You have observed very interesting details ! ps decent web site . “Enemies, as well as lovers, come to resemble each other over a period of time.” by Sydney Harris.

  6. I beloved up to you’ll obtain performed right here. The comic strip is attractive, your authored subject matter stylish. however, you command get got an edginess over that you wish be delivering the following. sick undoubtedly come further earlier once more as exactly the similar just about a lot ceaselessly inside case you shield this hike.

  7. L’UFCM a constaté depuis quelques mois l’accroissement des tromperies à la « roqya ». Les témoignages de personnes victimes de ces pratiques se multiplient et présentent les mêmes caractéristiques : « Une personne vous appelle et vous propose une séance de « roqya » gratuite. Cette personne vous propose de rappeler un numéro prétendu gratuit, souvent un numéro commençant par 0 800… » Mais, dans les faits, cette prestation est loin d’être gratuite, puisque la conversation est facturée à vos frais et à votre insu. Au-delà de l’aspect juridique qui est traité à ce jour par le pôle juridique de l’UFCM[1], ce procédé soulève la problématique de sa conformité au Coran et à la Sunna. En effet, la « roqya » peut se définir comme une thérapie qui permet de soigner les actes de sorcellerie, de mauvais œil et également de se protéger contre ces derniers. Par conséquent, est-il possible de la pratiquer par téléphone et quelles sont les exigences édictées par le Coran et la Sunna ? Nous présenterons ainsi successivement les conditions liées au soignant (I), les exigences relatives à l’environnement où est réalisée la « roqya » (II). Nous aborderons ensuite la question de la gratuité de la prestation ou de sa contrepartie financière et enfin les conditions dans laquelle elle est réalisée (III). I- Les conditions liées au soignant Souvent la « roqya » est perçue comme une pratique dispensée par un tiers. Or, il est essentiel de rappeler et de souligner un fait important : la meilleure des « roqya » est celle que nous dispensons nous-mêmes à travers le « dhikr » et la récitation du Coran. Ainsi, pour se prémunir des maux liés au mauvais œil ou à la sorcellerie, il convient régulièrement de lire le Coran et faire des invocations notamment celles du matin et du coucher, de réciter régulièrement la sourate « La vache », de renouveler son intention, de placer la certitude dans son cœur, d’effectuer ses prières etc., et surtout de demander à Allah la meilleure des protections. Toutefois, dans certaines conditions, il est nécessaire de recourir à un soignant. C’est à ce stade qu’il convient d’être vigilant. Il ne suffit pas de se rendre auprès d’une personne qui se présente avec la qualité de cheikh ou d’imam pour accepter de lui confier cette pratique. Comme pour tout procédé et encore plus lorsque cela relève de considérations religieuses, il est important de bien choisir son soignant car ce dernier est tenu de posséder des qualités bien affirmées. La maîtrise du Coran et des traditions prophétiques en la matière est une condition sine qua none, mais insuffisante. La personne doit également avoir des notions de psychologie afin de déterminer la part de sorcellerie et celle de troubles psychologiques fréquents chez les patients. La personne doit posséder une bonne hygiène de vie, notamment spirituelle puisqu’il n’est pas inutile de rappeler que le succès de la « roqya » dépend de Dieu. Ces critères sont difficilement évaluables, surtout par une personne qui est affectée par un mal-être, quelle que soit sa source. C’est pourquoi les proches doivent accompagner la personne dans la recherche d’un soignant qualifié et reconnu comme tel par des référents religieux de la localité (imam, responsables associatifs, etc.). De manière générale, le soignant doit posséder des qualités déterminées que nous pouvons synthétiser de la manière suivante. Il doit : être en capacité de lire le Coran, croire avec certitude au Coran, être empreint de piété, connaître les pièges et les caractéristiques du diable et des djinns, connaître la méthode prophétique de la « roqya », disposer de connaissances de base en psychologie, avoir la conviction que le succès de sa thérapie dépend de Dieu. A l’exception de la première exigence, il semble difficile de vérifier les autres conditions dans le cadre d’un entretien téléphonique avec une personne que nous n’avons jamais rencontrée, même si elle se présente sous le titre de « cheikh » ou d’un imam. Par conséquent, ces conditions soulignent une première limite quant au recours à la « roqya » par téléphone. Par ailleurs, à l’instar de tout médecin, le soignant doit, avant de prodiguer des conseils ou une médication, procéder à une consultation. Ainsi, un environnement adéquat est indispensable pour la réalisation d’une « roqya ». Il est enfin inconcevable qu’un médecin puisse vous affirmer par téléphone connaître votre maladie et attester pouvoir vous guérir. Vous auriez plus que des doutes sur ce prétendu médecin. II- Un environnement propice et la réalisation d’une consultation préalable à la réalisation d’une « roqya » Il est intéressant de noter que, dans son ouvrage « Comment se protéger des djinns & satan », Wahîd ‘Abdussalâm Bâli évoque l’importance du climat pour réaliser une roqya[2]. Ainsi, il expose les points suivants : « 1. Préparer le climat adéquat en faisant par exemple sortir les images et les statues de la pièce où on va soigner le malade, pour permettre aux anges d’y entrer. 2. Débarrasser le sujet de tout ce qu’il peut porter sur lui comme talismans ou amulettes et les brûler. 3. Éteindre tout ce qui peut émettre le son de la musique et des chants. 4. Vider le lieu de tout ce qui comporte une infraction à la shari‘a à savoir, par exemple, la présence d’un homme qui porte de l’or ou une femme qui ne porte pas le voile légal – al-hijab. 5. Donner au malade et à sa famille une leçon de dogme de façon à ce que leurs cœurs ne soient pas attachés à un autre qu’Allah. 6. Leur faire savoir que la façon de soigner est différente de celle des sorciers et des charlatans et que le Coran recèle guérison et miséricorde, comme l’a informé Allah le Puissant et le Majestueux. 7. Diagnostiquer son cas : pour cela poser des questions au malade pour s’assurer de la présence de tous les symptômes (…) ». Or, dans les témoignages communiqués, l’interlocuteur qui se présente comme soignant ne pose aucune question aux personnes. Il débute ainsi la « roqya » directement par une récitation du Coran. En outre, il est intéressant de souligner que dans l’un des témoignages communiqués à l’UFCM, l’interlocuteur demandait à la personne de remplir successivement des verres de lait, d’huile, d’eau etc. et de les poser par la suite sur la table de la salle à manger. Au point que la personne s’est retrouvée avec une multitude de verres posés sur la table. Le comble est que la personne ignorait ce qu’elle devait en faire lorsqu’elle a pris conscience de la tromperie. Nous constatons par conséquent qu’une « roqya » ne peut être réalisée dans un environnement quelconque. En effet, une procédure de diagnostic est essentielle. Nous pouvons à titre d’exemple faire le parallèle avec un rendez-vous chez le médecin ; ce dernier ne peut vous prescrire une ordonnance sans au préalable vous avoir ausculté et interrogé sur les différents symptômes que vous ressentez physiquement. A défaut, au lieu de guérir vous allez aggraver vos maux. Cette attitude vigilante du médecin traitant doit se retrouver lorsque nous envisageons le recours à une « roqya ». Pour illustrer ce propos, nous citerons l’exemple de l’anthropologue, spécialiste de l’islam européen, Farid El Asri, chercheur associé au Centre Jacques Berque, qui nous rapporte une situation alarmante suite à une « roqya » : « Une jeune femme en Belgique (…) est morte suite à une tentative d’exorcisme. Pendant les séances, les fkihs (imams) utilisent normalement de l’eau « coranisée ». Pour cette jeune femme, prétendument stérile, les exorcistes ont carrément plongé son visage dans l’eau et quand elle tentait d’en sortir pour respirer, les guérisseurs estimaient qu’il s’agissait du jinn qui l’habitait et ils replongeaient son visage dans l’eau. Pendant le procès, la famille de la défunte s’est présentée comme musulmane et a accusé ces pratiques d’être extérieures à l’islam quand les guérisseurs estimaient qu’ils avaient simplement fait ce qu’ils pouvaient. Le fait de recourir trop systématiquement au fkih risque également de faire passer une crise d’épilepsie, par exemple, pour une crise de possession. »[3] Nous allons aborder enfin la dernière problématique, celle relative aux honoraires du soignant. III- Les honoraires du soignant Le Prophète, bénédictions et salut sur lui, « a agréé les Compagnons qui ont été payés pour la roqya ». Il est dès lors autorisé de rémunérer un soignant en contrepartie d’une prestation. Toutefois, cette rémunération doit être raisonnable et surtout clairement définie avant le traitement. En outre, nous ne pouvons que souligner et rappeler que, si la roqya est réalisée dans un cadre sérieux, il convient de procéder à toutes les déclarations administratives. Comme pour tout contrat, vous devez exiger un document écrit et le praticien doit préciser quels sont ses engagements exacts afin d’éviter tout litige postérieur. Malheureusement, tous les témoignages transmis à l’UFCM soulignent que l’interlocuteur insiste à plusieurs reprises sur la gratuité de la prestation. Or, dans les faits, cette dernière est payante puisque le coût de la communication est surtaxé. Ainsi, l’une des victimes qui nous a contacté, s’est retrouvée avec une facture téléphonique (hors forfait) de 1800 euros. Par conséquent, nous constatons que ces « roqyas » gratuites sont fondées sur la technique dite du « call-back » qui consiste à amener une personne à rappeler un numéro surtaxé, information qui lui est bien évidemment dissimulée. Une « roqya » peut être payante à condition de respecter un cadre prédéterminé, fondé sur l’information et la transparence des honoraires. En conclusion A la lumière des développements susvisés, l’UFCM appelle d’une part à une régulation du métier de la pratique de la « roqya », d’autre part, à la vigilance de chacun à ne pas céder à la tentation d’une « roqya » qui ne serait pas réalisée dans les conditions requises et qui pourrait produire des effets inverses. Au-delà du cadre spirituel ou juridique, les divers témoignages reçus et étudiés par l’UFCM ne peuvent pas nous laisser indifférents à la question suivante : pourquoi des personnes sont-elles amenées à accepter aussi facilement une « roqya » par téléphone ? Est-ce la gratuité qui a déterminé leur choix ? Certes le mal-être produit par cette société est de plus en plus grand. Nous vivons une époque où les êtres sont de plus en plus coupés des signes de Dieu et vivent un rythme de vie effréné. Ces affaires sont révélatrices des maux les plus profonds qui touchent la communauté musulmane. Par ailleurs, comme l’ensemble des rites islamiques (hajj, halal, pompes funèbres) censés nous rappeler les limites qui déterminent la voie vers Dieu, nous constatons que leur marchandisation trahit de plus en plus leur vocation première. Suffit-il qu’un interlocuteur se présente à nous comme un « cheikh » ou un imam et qu’il nous propose une « roqya » gratuite pour l’accepter aussitôt Ne devrions-nous pas tous nous interroger sur le fait qu’il y ait des musulmanes et des musulmans aussi isolés et aussi ignorants de leur propre religion pour être trompés aussi facilement ? Sommes-nous devenus si dépendants des Hommes que nous en oublions de nous adresser directement à Dieu pour solutionner nos malaises ? Autant de questions que chacun d’entre nous a la responsabilité de se poser. En effet, aucun de nous ou de nos proches ne sont à l’abri d’une telle tromperie. Il convient enfin de rappeler que la « roqya » est un remède précis et qu’elle ne peut se faire que sous certaines conditions et surtout qu’elle demeure l’exception à la règle, qui est de toujours s’adresser directement à Dieu. Avant de recourir à une « roqya », il convient de faire une introspection sur ses propres pratiques cultuelles et de revenir.

  8. I have been exploring for a little bit for any high-quality articles or blog posts on this sort of space . Exploring in Yahoo I eventually stumbled upon this site. Studying this info So i am glad to exhibit that I’ve a very good uncanny feeling I came upon exactly what I needed. I such a lot for sure will make certain to do not overlook this web site and provides it a look regularly.

  9. I have been surfing on-line more than 3 hours today, yet I by no means found any attention-grabbing article like yours. It is lovely worth enough for me. In my opinion, if all web owners and bloggers made excellent content as you probably did, the web can be much more useful than ever before.

  10. Nice post. I was checking constantly this blog and I’m impressed! Very helpful information specifically the last part :) I care for such information much. I was seeking this certain info for a very long time. Thank you and best of luck.

  11. Excellent read, I just passed this onto a friend who was doing some research on that. And he just bought me lunch since I found it for him smile Thus let me rephrase that: Thanks for lunch! “We steal if we touch tomorrow. It is God’s.” by Henry Ward Beecher.

  12. Thanks for discussing your ideas. A very important factor is that college students have a selection between fed student loan and also a private student loan where its easier to go with student loan debt consolidation loan than with the federal student loan.

  13. Throughout the great scheme of things you’ll get an A for effort. Where you misplaced me ended up being on all the facts. You know, they say, details make or break the argument.. And it could not be much more true at this point. Having said that, allow me inform you just what did work. Your text is actually really engaging and this is possibly the reason why I am taking an effort to comment. I do not really make it a regular habit of doing that. Next, even though I can notice a leaps in reason you make, I am not sure of how you appear to connect your details which make the actual conclusion. For now I shall yield to your issue but hope in the near future you link your facts better.

  14. Heya i am for the first time here. I came across this board and I find It truly helpful & it helped me out a lot. I hope to provide one thing again and aid others like you aided me.

发表评论

电子邮件地址不会被公开。 必填项已用*标注